Un comité tripartite pour le domaine de la Ferme Moore

Tiré du Bulletin d’avril 2003

Photo archives Le Droit

Photo archives Le Droit

En avril 1993, plus de 200 personnes prenaient connaissance de deux concepts de mise en valeur du domaine de la Ferme Moore et des terrains publics adjacents, présentés par la Ville de Hull et la Commission de la capitale nationale (CCN). Depuis 1990, le plan d’urbanisme de la Ville de Hull indique une construction possible de 1 000 à 2 000 logements sur les terrains à l’ouest du Centre de détention de Hull.

En juin 1992, la ville annonce un projet de 650 logements, dont 150 situés au nord de la rue Lacasse et 500 sur les terrains de la Ferme Moore. L’Association des Propriétaires des Jardins Taché (ancien nom de notre Association) présente un mémoire aux autorités et prend position pour un développement résidentiel de « faible densité ». L’Association demande que la construction du côté des Jardins Taché soit de type unifamilial isolé et que soient protéger les terres boisées et humides. L’Association appuie également un projet de corridor récréatif qui traverserait la Ferme Moore, et propose que la Ville crée un comité tripartite d’aménagement.

En octobre 1993, la firme de consultants Biancamano-Bolduc (BB) présente un rapport final qui reprend à peu près les points demandés par l’Association (terrains protégés, corridor, développement résidentiel limité). Le nombre d’unités d’habitations proposé est de 271 dans le secteur de la rue des Jonquilles et de 22 unifamiliales isolées dans la zone des Jardins Taché. L’Association appuie le rapport de BB en novembre1993, mais ni la Ville ni la CCN n’en viennent à une entente.

Au cours des 10 dernières années, même si le Plan de zone n’a pas été mis en œuvre, des changements sont survenus aux Jardins Taché. Mentionnons notamment la vente, par la Ville, de neuf terrains sur la rue Lacasse nord ainsi que la construction d’un bassin de rétention des eaux du ruisseau Moore par la Ville. En outre, en septembre 2001, durant une réunion du conseil d’administration de l’ARJT, deux projets sont présentés à brûle-pourpoint. Premièrement, la CCN désire faire une demande de changement de zonage pour élargir les limites de la zone 232 (au nord de la rue du Muguet et à l’ouest de la rue St-Dominique) afin d’y construire 23 maisons unifamiliales isolées, de part et d’autre d’une rue centrale et, deuxièmement, la Maison Mathieu Froment-Savoie indique qu’elle a une entente de principe de la Ville lui permettant de construire éventuellement un nouveau local au nord de la rue Lacasse, dans le prolongement de la rue Duguay, sur les terrains boisés.

Le Conseil décide alors de refuser de traiter les dossiers à la pièce et demande plutôt l’établissement d’un comité tripartite (Ville, CCN et ARJT) afin de discuter de façon globale du domaine de la Ferme Moore et des terrains publics adjacents. Le nouveau conseiller de Val-Tétreau, Lawrence Cannon, appuie la demande de l’ARJT et voit à la mise sur pied d’un comité tripartite de travail -une « première » pour la nouvelle ville de Gatineau -composé de deux représentants de chaque organisme. Le comité se réunit quatre fois entre octobre 2002 et mars 2003 et un rapport d’étape est préparé en mars 2003. Ce rapport a été présenté aux membres de notre Association le 2 avril.

L’objectif du comité tripartite était de discuter de l’utilisation des terrains du domaine de la Ferme Moore et des terrains publics adjacents dans leur ensemble et de recommander un zonage approprié à la nature des terrains et à leur valeur de préservation ou à leur potentiel de développement résidentiel.

Neuf « zones » occupent cet espace. Le comité a divisé ses recommandations en deux parties :

a) zones à vocation publique (préservation, espaces verts ou parc)

b) zones à vocation résidentielle.

Pour les zones à vocation résidentielle, un développement est proposé au nord de la rue du Muguet et à l’ouest de la rue St-Dominique. La seconde option est le statu quo qui pourrait entraîner la construction de 39 logements. Enfin, l’option 3 propose une vocation résidentielle mais de moindre densité que dans l’option 2 (23 maisons). Par contre, la construction de 23 maisons unifamiliales détachées, de part et d’autre d’une rue centrale, exigerait un changement de limites de la zone. Il s’agit de l’option préférée des représentants de la Ville et de la CCN. La construction du corridor récréatif est recommandée, de même que la citation de l’écurie de la Ferme Moore en vertu de la Loi sur les biens culturels.

En avril 2003, nous avons abordé la première étape d’un processus qui s’étendra probablement encore sur une autre année. J’ai confiance que l’approche de ce dossier sera, cette fois-ci, faite d’une manière globale et démocratique et que des résultats satisfaisants pour les trois parties en sortiront de façon à « harmoniser les milieux naturels et habités », comme le veut une des directions stratégiques de la Ville.

Françoise Houle

(Résidente des Jardins Mackenzie-King de 1972 à 1990 et des Jardins Taché depuis 1990 et ancienne membre de l’Association des résidants des Jardins Taché)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s